real186.jpg

Un peu d'histoire

Les recherches réalisées à ce jour permettent de situer l'origine de la famille Boujol aux confins des actuels départements de la Haute-Garonne et du Tarn. Après une longue présence à Lavaur (Tarn), une branche fait souche à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault). Cette dernière est à l'origine de la branche "suisse" par Antoine, militaire-musicien (ou musicien-militaire ?) qui, après plus de vingt cinq ans sur les routes, s'établit en 1810 à Genève, alors chef-lieu du département français du Léman.

Contrairement à Poujol et Pujol qui ont sans doute la même origine, le nom Boujol, qui en est très probablement une déformation, est peu commun. C'est un avantage, car il y a peu de risque de trouver un Boujol qui ne nous soit pas lié. Mais aussi un handicap car peu de généalogistes s'intéressent à ce nom.

La trace certaine la plus ancienne, en ligne directe, de notre famille Boujol remonte à 1647 à Lavaur dans le département français du Tarn. Lavaur (et sa région) est donc pour le moment le berceau de notre famille.

Comme beaucoup à l'époque, les Boujol sont des travailleurs de la terre. Antoine, né vers 1682 à Lavaur, se marie le 28 février 1718 à la cathédrale Saint-Alain avec Catherine Meut. Il est jardinier, peut-être déjà à l'évêché. L'un de ses fils, Pierre, né en 1734, est jardinier à l'évêché. C'est l'époque où Monseigneur de Fontanges, évêque de Lavaur depuis 1749, fait aménager la terrasse donnant sur l'Agout avec des jardins "à la française" et un potager dans les anciens fossés. Un de ses frères, Jean Antoine, est également jardinier. On peut penser qu'un ou plusieurs de nos ancêtres ont participé à ces travaux. Nous retrouvons un peu plus tard notre Pierre en qualité de "suisse" au Chapitre de l'Evêché.

Pierre a un autre frère, plus âgé, Antoine, né en décembre 1723. Ce dernier épouse Catherine Arbieu le 25 avril 1747 à Saint-Pons-de-Thomières. Il est jardinier à l'évêché... de Saint-Pons. Saint-Pons se trouve à environ une centaine de kilomètres à l'est de Lavaur et les deux évêchés entretiennent des relations étroites puisque l'église Saint-Alain de Lavaur faisait partie de l'abbaye créée par les moines de Saint-Pons avant de devenir abbatiale. On reste donc entre connaissances.

Pour en savoir plus, lisez cet article.